Lors de l'émission dominicale "Parole o peuple" du 9 octobre 2016 sur RLDM, Alfred Marie-Jeanne, président du Conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de la Martinique, a annoncé la date de la démolition du lycée Victor Schœlcher.

 

Lors de la plénière du 4 Octobre Alfred Marie-Jeanne président du conseil exécutif de la Collectivité Territorial de la Martinique a encore une fois montré que lorsque l'on reste droit, la magouille trépasse et cela même si elle est appuyée par la presse ou un parti politique. En effet, il a démontré que Le Rapport de la Chambre Régionale des Comptes est manifestement un rapport tendancieux et outrancier et que la CTM n'a pas chômé, car de nombreuses dettes laissé par l'ancienne gouvernance ont été payées ainsi que la réalisation d'un lycée de transit en un mois et demi. 

 

La Cour de Cassation à décidé de traiter l'affaire Green Parrot à Paris .
Cette décision soudaine est vue comme du mépris et une tentative de déstabilisation d'Alfred Marie-Jeanne par de nombreux martiniquais.

Me Ursulet l’avocat d’Alfred Marie-Jeanne Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique parle d'affront au peuple et des juges martiniquais.

La nouvelle date du procès à Paris n’est pas encore connue.

Mercredi 10 août 2016, Alfred Marie-Jeanne, Président de la Collectivité Territoriale de Martinique, a rencontré les visiteurs de l'écomusée de Rivière-Pilote, dans le cadre du lancement de l'opération Grandes Vacances aux Musées.


Accompagné des élus, Marie-Hélène Léotin et de Manuella Clem-Bertholo, en charge de la culture, il a échangé avec les participants des différents ateliers et procédé à l'inauguration de l'exposition photos "Convivance martiniquaise dans les années 60" de Jean-Marie Renaud, visible jusqu'en décembre 2017.

En ce mardi 19 juillet 2016, c'est une double victoire pour Alfred Marie-Jeanne. En effet, le Conseil d'État fait d'une pierre deux coups en rejetant la requête de Marcel Bourgade, un militant écologiste et politique proche du Modémas.

Ce dernier soutenait que la parité n'était pas respectée dans les listes du "Gran Sanblé pou Ba Péy-i a an Chans" et d'Ensemble Pour Une Martinique Nouvelle. Cette requête a été rejeté au motif que la parité était bel et bien respectée au sein des listes de section comme le prévoyait le code électoral.

Puis, c'est au tour de la requête d'Yves Cordémy, employé de la Mairie de Fort-de-France à la retraite, il accusait le candidat Marie-Jeanne d'avoir eu recours à des "procédés de publicité commerciale prohibés". Le citoyen visait les émissions "Le mot du MIM" et "Pawol o Pèp" produite par RLDM ainsi que leur diffusion sur format vidéo durant la période électorale.
Cette requête a rejeté car compte tenu du caractère militant de la radio ces éléments de propagande politique ne pouvaient pas être considérés comme de la publicité commerciale. Par ailleurs, la faible audience de la radio justifie que l'instance ne prenne en considération certains messages publicitaires au caractère litigieux.

Après la victoire d'Alfred Marie-Jeanne à la CTM, beaucoup ont tenté par tous les moyens de renverser le choix des urnes.

En effet, c'est ce qu'a tenté Yves Cordémy, ancien employé de la Mairie de Fort-de-France en accusant Alfred Marie-Jeanne, actuel président du Conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, d’avoir faussé ses comptes de campagne en ayant profité de production d’émissions vidéos de la radio pilotine RLDM avant les élections de décembre 2015.

Mais Aurélie Bretonneaux, qui s’est penchée sur ce dossier, a conclu au rejet de la saisine car selon elle 2% de part d'audience ne peut justifier 13 000 voix d'écart en la faveur d'Alfred Marie-Jeanne.

Le Conseil d'État devrait rendre sa décision à la fin du mois de juillet.

Des nouvelles sur la plainte d'Alfred Marie-Jeanne contre les procureurs Béranger et Corbeaux, consécutive à l'affaire Green Parrot.

Le juge saisi de la plainte aurait décidé de la classer "sans suite" d'après le quotidien local et l'antenne locale de France Ô.

Mais l'avocat du président de la CTM, Me Ursulet, nous précise que cela ne signifie nullement que la plainte s'arrête là, mais que cela oriente la procédure vers la constitution de partie civile, qui d'ailleurs à déjà une audience fixée en septembre 2016 avec les avocats des procureurs incriminés.

Restez branchés sur notre site d'information pour tout savoir sur cette affaire.

A l’occasion de la Fête de la Famille, le président de la Collectivité Territoriale a adressé ses mots à son personnel :

Chers collègues élus du Conseil Exécutif et de l’Assemblée

Chères collaboratrices, Chers collaborateurs

Monsieur le nouveau Directeur Général des Services, Jean-Guy Mercan, qui prend très concrètement ses fonctions officielles aujourd’hui ; Monsieur le DGS, soyez le bienvenu.

Qu’un accueil chaleureux lui soit réservé.

J’ai fait en sorte que son arrivée coïncide avec la Fête de la famille.

Ainsi, la Collectivité Territoriale de Martinique se dote d’un élément complémentaire, nécessaire pour accompagner la mise en place de son programme, le programme de la Collectivité Territoriale de Martinique.

Je reviendrai sur ce sujet dans le cours de mon intervention

L’objet premier de notre rencontre est la Fête de la Famille. On peut exprimer ici et ailleurs, que c’est une ambition chimérique. Je répondrai ambition oui, chimérique non.

Parce que nous venons d’évoluer ; pas forcément de façon suffisamment significative peut-être ; au point que certains d’entre nous regrettent un passé révolu. Ce sont les nostalgiques, et je n’appartiens pas à cette catégorie-là.

Nous avons évolué, en effet, parce que quoiqu’on dise ou quoiqu’on fasse, il n’y aura pas de résurrection du Conseil Général d’un côté et du Conseil Régional de l’autre. Sé pri fen.

L’évolution obtenue est irréversible.

Par contre, tous ici nous le savons, et moi le premier, que dans toute famille, et singulièrement en politique, des discordances et des dissonances sont monnaie courante.

Va-t-on consacrer une bonne part de notre temps à de vaines lamentations, ou au contraire, faire la part du feu, pour continuer à avancer coûte que coûte contre vents et marées.

C’est le moment de rappeler solennellement aux uns et aux autres, que si tout contact est permis, toute démarche autorisée, toute initiative admise, aucun engagement en matière de recrutement et de dépenses publiques ne saurait être validé sans l’accord préalable et expresse de l’Exécutif.

Cette règle de droit essentielle et incontournable doit s’appliquer avec rigueur pour éviter tout dérapage vers des postures de surenchère pouvant nous coûter très cher.

C’est en ce sens que je conçois la Fête de la Famille.

Je reviens à vous monsieur le Directeur Général des Services. Vous êtes Martiniquais ; c’est pourquoi je vous ai personnellement choisi, et je répète personnellement choisi, parmi tant d’autres prétendants à ce poste tant envié.

Je n’ai fait qu’obéir à ma conscience.

Il n’y aura pas de retour au clanisme. Il n’y aura pas le moindre égard à toute tendance corruptrice avérée.

Il n’y aura pas de retour à la magouille.

Il n’y aura pas de contrats exorbitants et extravagants.

Votre rôle n’est pas celui d’un messie, ni celui d’un cerbère.

Le rôle ingrat je l’assumerai dans la plénitude de mes fonctions.

Votre rôle est celui d’une Vigie, d’un Sonar pour éviter les écueils de parcours à la barque martiniquaise.

La barque peut tanguer. Je l’admets volontiers.

Mais personne n’a le droit de la dérouter pour l’empêcher d’arriver à bon port, personne.

C’est le moment pour moi de reconnaître l’implication et le professionnalisme de beaucoup d’entre vous, contrairement à ce qui est dit, pour tenir la barque à flot depuis le 18 Décembre 2015.

Je vous félicite pour l’effort collectif accompli à ce jour pour assurer la continuité du Service public, malgré les difficultés de toutes sortes rencontrées.

Je remercie tout particulièrement les services qui ont contribué à documenter le travail des élus pour la préparation des comptes administratifs, des orientations budgétaires et du budget.

Un salut particulier à toutes les équipes et singulièrement celles de la communication qui ont organisé notre rencontre d’aujourd’hui.

Permettez-moi également de remercier les membres de mon Cabinet pour le travail accompli et qu’il reste encore à réaliser.

Le Cap est fixé. Je veillerai à ce qu’il soit atteint.

C’est à cette tâche que je vous convie chacune et chacun de vous pour escorter le convoi de la réussite en bonne intelligence, en bonne compréhension.

Bonne fête à toutes et à tous

Mèsi an pil. Mèsi an chay ba péyi nou

                            Alfred Marie-Jeanne

                            Président de la Collectivité Territoriale de Martinique

Après Alain JUPPÉ, c'est désormais au tour de François FILLON et de Philippe HOUILLON de rencontrer le président du Conseil Exécutif de la CTM, Alfred MARIE-JEANNE, dans l'optique des présidentielles 2017.

Page 1 sur 2

West Indies New's est un site web d'actus Antillaises & Mondial