Serge LETCHIMY, l'ancien Président du Conseil Régional a envoyé une lettre ouverte à Alfred MARIE-JEANNE, le Président du Conseil Exécutif de la CTM pour réclamer la rectification du compte administratif 2015.

L'ancien ministre du Budget comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi 14 septembre pour pour blanchiment de fraude fiscale, fraude fiscale et minoration de sa déclaration de patrimoine.

Le parquet national financier a requis trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité contre Jérôme Cahuzac.

Deux ans de prison ferme ont également été requis contre Patricia Cahuzac, l'ex-épouse de l'ancien ministre du Budget.

Le parquet a enfin requis 1 875 000 euros d'amende contre la banque Reyl et 5 ans d'interdiction d'exercer en France. Contre François Reyl, il requiert 18 mois de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende.

Suite à l'invitation  à l'émission "résonance" de Martinique 1È, Louis Boutrin déclare dans une lettre que depuis 2014, Alfred Marie-Jeanne dénonce les problèmes lié aux particules fine relâché par l'usine de biomasse.

Il refuse d'attiser la polémique entre martiniquais car selon lui, c'est l'Etat qui a autorisé l'implantation de cette usine, elle est donc responsable.

 

La Cour de Cassation à décidé de traiter l'affaire Green Parrot à Paris .
Cette décision soudaine est vue comme du mépris et une tentative de déstabilisation d'Alfred Marie-Jeanne par de nombreux martiniquais.

Me Ursulet l’avocat d’Alfred Marie-Jeanne Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique parle d'affront au peuple et des juges martiniquais.

La nouvelle date du procès à Paris n’est pas encore connue.

La Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) lance une consultation de création graphique.

Retour des dossiers avant le :
15 septembre 2016 (12 heures)

Cliquez ici pour télécharger le règlement et le bulletin de participation

 

— Questions / Réponses —

Question : Est-il possible de proposer plusieurs logos ?

Réponse : Non, le candidat proposera un logo unique, néanmoins des variantes du même logo sont autorisées.

Question : Faut-il mentionner intégralement Collectivité Territoriale de Martinique ?

Réponse : Le candidat peut utiliser l’appellation « Collectivité Territoriale de Martinique » ou « CTM »

Question : L’ explication du logo est-elle au format numérique ?

Réponse : L’explication écrite du logo doit être fournie sur papier libre dactylographié.

Question : Quel types de support sont autorisés ?

Réponse : La création originale sous forme de dessin, peinture, collage, photo, etc… sera proposée sur un support adapté (feuille de dessin, toile, papier photo) au format A3 maximum.
La création originale sous forme numérique, sera proposée sur un support adapté (clé USB, CD, etc.)

Dans un communiqué de presse transmis lundi 1er août 2016, Patrick Karam président du Conseil Représentatif des Français d’Outre-Mer (CREFOM), interroge le ministre de l’Intérieur sur les raisons pour lesquelles Rachid Rafaa, sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par le Maroc, s’est retrouvé en Martinique, sans concertation avec les élus et la population locale sachant que ce présumé djihadiste avait été arrêté dans l’hexagone, qu’il n’avait aucun lien avec ce territoire, qu’il n’y avait donc aucune raison de l’y transférer.

Le président du CREFOM poursuit en réclamant au ministre des précisions sur les conditions de sa résidence en Martinique, car considéré comme extrêmement dangereux par le Maroc, l’individu n’a fait l’objet que d’une simple mise en liberté surveillée. Le CREFOM souhaite également des précisions sur les moyens mis en place pour protéger la population et aujourd’hui pour l’appréhender et sur les éventuels réseaux de soutien qui ont permis cette disparition.

Patrick Karam demande également si d’autres individus qui présentent un profil similaire sont assignés à résidence ou incarcérés dans d’autres territoires Outre-Mer et prévient qu’il ne serait pas acceptable que les territoires ultramarins servent de territoires de relégation à des individus potentiellement dangereux, comme ce fut le cas à l’époque du Bagne de Cayenne, sans que les populations locales soient protégées.

« Le problème de sous-effectif des forces de l’ordre, associé à l’extrême surpopulation carcérale et aux chiffres des violences aux personnes les plus importants de France dans nombre de territoires ultramarins ne permet en aucun cas d’assigner à domicile un individu aussi dangereux sans qu’il y ait de conséquence pour les populations ultramarines. Les forces de l’ordre présentes sur les territoires doivent pouvoir se concentrer sur leurs missions premières qu’elles n’arrivent même pas à assumer de manière satisfaisante à savoir la protection des biens et des personnes, compromise par une délinquance extrêmement forte. L’Outre-Mer n’est aujourd’hui pas préparé à affronter les attentats alors qu’il est également touché par la radicalisation de certains individus partis combattre en Syrie ou fiché S. Nos territoires déjà paupérisés par un retard économique important et qui cumulent de nombreux handicaps structurels ne doivent pas en sus se retrouver à devoir gérer une crise qui serait liée à une politique de placement arbitraire », ajoute le Président du CREFOM.

Rachid R, assigné à résidence au Morne Rouge, en Martinique et en fuite depuis le mercredi 27 juillet dernier reste pour l’heure introuvable.

En ce mardi 19 juillet 2016, c'est une double victoire pour Alfred Marie-Jeanne. En effet, le Conseil d'État fait d'une pierre deux coups en rejetant la requête de Marcel Bourgade, un militant écologiste et politique proche du Modémas.

Ce dernier soutenait que la parité n'était pas respectée dans les listes du "Gran Sanblé pou Ba Péy-i a an Chans" et d'Ensemble Pour Une Martinique Nouvelle. Cette requête a été rejeté au motif que la parité était bel et bien respectée au sein des listes de section comme le prévoyait le code électoral.

Puis, c'est au tour de la requête d'Yves Cordémy, employé de la Mairie de Fort-de-France à la retraite, il accusait le candidat Marie-Jeanne d'avoir eu recours à des "procédés de publicité commerciale prohibés". Le citoyen visait les émissions "Le mot du MIM" et "Pawol o Pèp" produite par RLDM ainsi que leur diffusion sur format vidéo durant la période électorale.
Cette requête a rejeté car compte tenu du caractère militant de la radio ces éléments de propagande politique ne pouvaient pas être considérés comme de la publicité commerciale. Par ailleurs, la faible audience de la radio justifie que l'instance ne prenne en considération certains messages publicitaires au caractère litigieux.

Un collectif a été créé récemment. Il dénonce de  multiples tentatives de sabotages visant à déstabiliser la toute jeune Collectivité Territoriale de Martinique à des fins uniquement politiques.

Il a ciblé les ennemis de la démocratie (Médias, partis politiques, syndicats, représentants de l'Etat français, etc...) dit-il et a décidé de la défendre par des actions ponctuelles. Ses membres sont motivés et disent qu'ils ne laisseront pas voler aux martiniquais leur victoire du 13 Décembre 2015. Samedi 25 Juin 2016 une caravane a sillonné le Nord Atlantique de la Martinique avec des prises de parole aux différentes étapes.

 

 

" COLLECTIF RESPECTE MON VOTE DU 13 DÉCEMBRE 2015 " a le plaisir de vous inviter à sa conférence de presse le :

VENDREDI 08 JUILLET, 10H00 Salle Flamboyant, à L'HOTEL BATELIÈRE.

Après la victoire d'Alfred Marie-Jeanne à la CTM, beaucoup ont tenté par tous les moyens de renverser le choix des urnes.

En effet, c'est ce qu'a tenté Yves Cordémy, ancien employé de la Mairie de Fort-de-France en accusant Alfred Marie-Jeanne, actuel président du Conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, d’avoir faussé ses comptes de campagne en ayant profité de production d’émissions vidéos de la radio pilotine RLDM avant les élections de décembre 2015.

Mais Aurélie Bretonneaux, qui s’est penchée sur ce dossier, a conclu au rejet de la saisine car selon elle 2% de part d'audience ne peut justifier 13 000 voix d'écart en la faveur d'Alfred Marie-Jeanne.

Le Conseil d'État devrait rendre sa décision à la fin du mois de juillet.

Ce Mercredi 29 juin 2016 Jusqu'à 16h au palais des congrès de Madiana, la CTM et les professionnels du tourisme et de la culture poursuivront et restitueront les travaux menés en ateliers au cours de la semaine dernière sur les grandes problématiques du secteur : le transport aérien, l'hébergement, le Produit, le marché, la croisière, la plaisance, la formation, art, culture,patrimoine historique, événementiels sportifs ou spectacles et bien d'autre.

Page 1 sur 2

West Indies New's est un site web d'actus Antillaises & Mondial